Un manifeste de l'individualiste doit être l'oeuvre d'un individu, et il ne peut s'adresser qu'à des individus. Je ne m'adresse pas aux autres, si toutefois il peut exister des êtres purement génériques ou collectifs.

Dans nos sociétés, qui sont peu individualistes quoi qu'en pensent nombre de moralistes aveugles ou de mauvaise foi, on s'attend à ce qu'un manifeste soit la manifestation d'un groupe, et qu'il vise à l'extension  et au raffermissement de ce groupe. Certes, un individu peut en être l'auteur, de manière directe, mais il parle d'habitude au nom d'autres, qui sont donc censés s'exprimer à travers lui. C'est une pensée et une revendication collectives qu'il annonce. C'est une ligne destinée à devenir la règle d'une conformité plus étroite qu'il établit. Et de même, s'il s'adresse nécessairement à des individus, c'est à autre chose en eux qu'il parle, qu'il en appelle, au citoyen, au membre de telle classe, de telle race, à l'homme tout court, éventuellement.

Il serait absurde, pour inviter l'individu à s'individualiser davantage, de s'adresser à lui en tant qu'il est justement autre chose, non pas quelque chose qu'il n'est pas du tout, mais quelque chose qui n'est pas en lui l'individu qu'il est. Et au nom de quoi, si ce n'est l'individu, peut-on lui rappeler cette possibilité qu'il a de s'individualiser encore plus? Il faut donc que ce soit l'individu qui s'adresse aussi à l'individu dans un tel manifeste. Mais il y a une difficulté qui n'existe pas dans les manifestes habituels. Car l'individu qui s'adresse à l'autre individu vise en lui justement un autre individu, dont l'individualisation ne le conduira pas à réaliser la même chose, mais précisément une individualité différente de celle de celui qui l'y invite.

Je ne peux donc vous inviter à devenir moi-même, mais seulement à devenir davantage vous-même, ce qui est fort différent et ne peut avoir de sens que si vous avez déjà suffisamment le sens de votre individualité pour la distinguer des autres et pour vouloir cette distinction, même dans le relatif accord qu'il peut y avoir entre ceux qui oeuvrent à leur propre individualisation. Je ne peux pas davantage vous inviter à devenir quelque chose en moi-même à quoi je chercherais à m'identifier, à quelque essence de l'individu par exemple, sans vous demander l'inverse de ce que je veux, à savoir le sacrifice de votre autonomie et de votre individualité.

Ce que chacun est comme individu, c'est à lui de le trouver, et il lui faut le faire essentiellement à partir de ce qu'il est, c'est-à-dire à partir de l'individu qu'il est. S'il ne le peut, tout ce que signifie ce manifeste doit lui rester inintelligible.