une délicatesse du goût est favorable à l’amour et à l’amitié en limitant notre choix à peu de gens et en nous rendant indifférents à la société et à la conversation de la plus grande partie des hommes

La délicatesse de goût est déjà apparue comme un esprit d'analyse, de distinction des parties. On ne s'étonnera pas du fait qu'elle soit également un principe de sélection, puisqu'elle se rapporte à tout par une sensibilité différenciée qui lui permet d'évaluer en fonction d'une distinction fine. Et plus la formation du goût a lieu à partir d'oeuvres plus admirablement composées, plus le goût résultant devient délicat et sensible aux moindres imperfections, et par suite, plus il devient aussi exigeant. Et comme, dans cette orientation de la sensibilité, tout devient objet de goût, et plus particulièrement les produits de l'art, la conversation et les hommes, on comprend qu'un homme de goût soit très sélectif dans le choix de sa société. Tout cela, bien sûr, favorise la concentration du sentiment sur quelques individus et augmente d'autant l'intensité de l'amour et de l'amitié ainsi condensés.

Non seulement ce sage ami et amoureux paraîtra peu sage selon les canons habituels, mais le contre-effet de cette concentration de l'amour, à savoir l'indifférence pour la plus grande partie des hommes, le fera apparaître au moins comme bien éloigné de l'image du sage chrétien et de la philanthropie qu'on lui attribue généralement.