Mais je crois

A la description psychologique, objective et neutre, présentée sans manifester explicitement la subjectivité du narrateur, vient s'opposer subitement l'affirmation subjective d'une croyance. Du même coup, le lecteur se trouve détourné de la ligne de pensée qui se dessinait d'elle-même devant son esprit, et qui le conduisait peut-être justement à juger que la psychologie lui avait montré la neutralité de l'observation objective face à la question de l'évaluation des deux types de caractères, passionné ou froid, délicat ou non, et le renvoi à la liberté de s'en rapporter à ses propres goûts sur le sujet. En se plaçant en opposition par rapport à cette ligne, la croyance de l'auteur vient introduire un nouveau rapport, de dialogue, voire de dispute, avec le lecteur. Car n'est-ce pas à la conclusion que l'avait incité à tirer la description psychologique que s'oppose en réalité la croyance de l'auteur, clairement affirmée comme sienne? Il se pose maintenant, subitement, comme tirant, lui, personnellement, une autre conclusion que nous, même s'il nous a pourtant conduits lui-même par sa description à cette conclusion qu'il conteste. Du coup, l'évaluation à entreprendre apparaît comme impliquant autre chose qu'une observation et un raisonnement objectifs, quelque chose de l'ordre d'un engagement personnel plus aventuré.