Je crois cependant

Cette affirmation "je crois" nous renvoie naturellement à celle du premier paragraphe. Elle joue en effet le même rôle dans le développement du discours, intervenant d'ailleurs exactement au même endroit dans la structure de l'argument qui se répète pour chacune des deux délicatesses. Si la répétition atténue l'effet de rupture de la première intervention de cette affirmation subjective, celle-ci est en revanche accentuée par l'alinéa qui la précède actuellement.

D'ailleurs, la situation s'est modifiée autrement aussi par la répétition. En effet, l'opinion à laquelle s'oppose maintenant l'auteur n'est plus simplement celle qui naît de la perception naïve du tableau de la délicatesse de goût qu'il vient de peindre. Étant donné que celle-ci a été dépeinte de manière strictement parallèle par rapport à la première forme de délicatesse, et que la conclusion réaffirme la similitude, le lecteur tend à poursuivre le parallèle et à deviner une évaluation semblable à la précédente, que Hume avait justement introduite par la protestation de son premier "mais je crois". C'est donc à présent contre l'opinion que le lecteur est amené à attribuer à Hume que celui-ci doit maintenant s'élever. Dans ce jeu de reprise avec variation, il faut une nouvelle subtilité pour reproduire la surprise et réengager le dialogue de manière vive.